Evénements

Antiracisme : quels rôles des acteurs associatifs et politiques ?

Suite à la crise traversée par le Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie (MRAX), la Ministre de l’Égalité des Chances, Fadila Laanan, a insufflé la constitution d’une nouvelle plate-forme contre le racisme. Cette structure, à laquelle des associations ont été invitées à participer, et non pas des individus, a opté de travailler sur les enjeux de précarité économique et d’exclusion sociale, sources de racisme et de discriminations.

Date : 6 mars 2013
Horaire : 18h à 20h

Personne de contact : Amandine Kech
Adresse mail : communication@bepax.org
Numéro de téléphone : 02/7380801

Adresse : Rue Maurice Liétart, 31 - 1150 Bruxelles

Organisation : BePax

Type d'évènement : conférence-débat

En Belgique francophone, la lutte contre le racisme se trouve aujourd’hui dans une impasse. Deux courants la traversent et la divisent. L’antiracisme s’inscrit, d’une part, dans une vision universaliste et républicaine de la société : tout le monde dispose des mêmes droits et devoirs au sein d’une humanité unie. De l’autre, dans une optique davantage multiculturelle et plus récente, le combat contre le racisme est porté par des mouvements revendiquant le droit à la différence au sein de la société et l’égalité des chances pour chacun.

Dans ce contexte, la nouvelle plate-forme contre le racisme adopte une troisième voie : pour contrer les discriminations, elle travaillera sur les questions de précarité sociale et d’exclusion économique. Une meilleure répartition des richesses, du travail pour toutes et tous, une cohésion sociale renforcée seront les bases primordiales pour lutter contre le racisme.

Initiée par le pouvoir politique, par nécessité d’un interlocuteur associatif fédérateur dans ce combat complexe, cette plate-forme antiracisme n’est pas, comme l’est le MRAX, une initiative ascendante portée par des individus. Elle est constituée d’associations, lesquelles sont représentatives des traditionnels piliers belges.

Cette structure sera-t-elle à même d’équilibrer à nouveau le dialogue entre politique et associatif dans la lutte contre les discriminations ? L’influence des piliers ne replongera-t-elle pas la plate-forme dans le débat entre « républicanisme » et « multiculturalisme » ? 

Travailler sur des questions de justice sociale touchant le plus grand nombre, est-ce là le rôle du milieu associatif et/ou celui de l’État ? Les associations ne doivent-elles pas, dans une certaine mesure, continuer leur travail pour et avec des groupes de citoyens aux objectifs plus ciblés, liés ici aux minorités ethno-culturelles?

Comment les associations et les pouvoirs politiques peuvent-ils articuler leurs actions pour améliorer tant la lutte contre les discriminations que la redistribution des richesses ? 

Pour aborder ces questions, BePax invite Edouard Delruelle, directeur adjoint du Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme, et  Henri Goldman, membre de Tayush, groupe de réflexion pour un pluralisme actif, et par ailleurs rédacteur en chef de la revue Politique et de Migrations Magazine.

 

 

eventIcon

Prochains évènements

27/09/2017, Formation, une organisation de BePax

FORMATION Racisme, sexisme et homophobie : du stéréotype à la discrimination (COMPLET)

27/09/2017, Formation, une organisation de BePax

FORMATION : Complotisme, déconstruire le discours

Voir tous les évènements