Evénements

Belgo-marocains et Belgo-turcs : (auto)portrait de nos concitoyens

La Fondation Roi Baudouin a publié mi-mai une nouvelle étude qui ne manquera pas de contribuer à nourrir un débat bien informé sur les questions spécifiques que pose la présence de populations de culture musulmane dans notre pays depuis plus de cinquante ans. Corinne Torrekens, chercheuse à l'ULB et co-directrice de cette étude, viendra présenter ses résultats chez BePax le mardi 23 juin à 18h.

Date : 23 juin 2015
Horaire : 18h

Personne de contact : Nicolas Bossut
Adresse mail : info@bepax.org
Numéro de téléphone : 02/738.08.04

Adresse : Rue Maurice Liétart, 31/1 à 1150 Bruxelles

Organisation : BePax

Type d'évènement : conférence-débat

En 2007 et 2009, la Fondation Roi Baudouin publiait deux études sur les plus importants groupes de populations issues de l’immigration dans notre pays: les Belgo-Marocains et les Belgo-Turcs. L’objectif de ces travaux était de cerner le profil sociodémographique de ces deux communautés, de mieux comprendre leur positionnement et attitudes dans la société belge, envers leur pays d’origine et l’Union européenne, mais aussi de rendre compte de leur dynamique d’intégration et des difficultés qui restent prégnantes. Ces études abordaient également des questions liées à l’Islam qui ont suscité un grand intérêt, notamment dans les médias.

Huit ans après la publication de la première étude, il était temps d’actualiser ce portrait à travers la collecte de nouvelles données: la Fondation a demandé à des chercheurs de l’Université libre de Bruxelles et de la Vrije Universiteit Brussel d’appliquer, tout comme en 2007 et 2009, une méthodologie centrée sur l’opinion des Belgo-Turcs et des Belgo-Marocains et sur la manière dont ils se définissent eux-mêmes. La voix de ces concitoyens étant trop rarement entendue, la perception d’eux-mêmes qu’ils expriment en est d’autant plus précieuse. Un sondage auprès d’un échantillon représentatif de Marocains et de Turcs de Belgique a permis de mieux comprendre comment ces deux groupes se définissent tant sur des réalités objectives, comme le niveau de revenus ou d’éducation, que sur des éléments subjectifs, comme leur conception des rapports homme-femme ou l’impact de la religion sur leur intégration.

C'est cette étude qui a déjà connu de nombreux échos médiatique que Corinne Torrekens viendra présenter. 

eventIcon

Prochains évènements

01/05/2018, Formation, une organisation de BePax

Formation : racisme, sexisme, homophobie (NAMUR)

04/05/2018, Animation, une organisation de CIRÉ

Les Universités de l’Antiracisme

Voir tous les évènements